Return to site

Billet de Marie Mac Kenzie

se réjouir de sa vie !
 

le plus sur moyen de se réjouir de sa vie est de faire des choses qui rencontrent nos besoins. Si on ne se réjouit pas d'une activité particuliére, considérons le besoin que nous espérons rencontrer en la faisant.
 

récemment j'ai eu un nombre de projets avec dates limites, qui avaient un poids sur moi, j'ai commencé à me sentir dépassé et me suis dit : "je dois faire ces choses, puis j'ai remarqué que je n'avais plus de joie à faire ces projets parce que je focalisais sur :" les compléter quoi qu'il arrive". J'ai donc pris quelques minutes pour considérer les besoins que je cherchais à nourrir pour chacun de ces projets: "comment me sentirais je si je reportais l'accomplissement de ce projet ?"
 

j'ai vu que j'avais un fort désire de continuer avec beaucoup d'entre eux, mais j'ai décidé d'en finir certains plus tard.

ce simple exercice m'a offert deux choses :

  1. l'opportunité de me reconnecter aux besoins que je cherchais à rencontrer pour chaque projet et ainsi de me reconnecter à ma joie pour chacun
  2. la chance de revoir mes priorités basé sur mes besoins de base de détente et de confort.

Aimez vous ce que vous faites maintenant ? Sinon considérez les besoins que vous cherchez à rencontrer en faisant cela, et ensuite décidez si vous voulez continuer dans cette direction ou non. J'ai entendu une fois un poème d'un homme qui regardait une pierre tombale ou figurait la date de naissance de la personne, puis un tiret, puis sa date de décès. Le poème demandait comment la personne décédée avait elle vécue "le tiret" en question ?

nous avons tous un commencement et une fin. Le défis est de se réjouir du milieu. Quand nous vivons notre vie conscient de nos besoins, nous avons une plus grande opportunité à goutter notre tiret

-inspiration pour la semaine a venir de Marie mac Kenzie du Nonviolent Communication Academy-

 

NVC Academy link

se réjouir de sa vie !
 

le plus sur moyen de se réjouir de sa vie est de faire des choses qui rencontrent nos besoins. Si on ne se réjouit pas d'une activité particuliére, considérons le besoin que nous espérons rencontrer en la faisant.
 

récemment j'ai eu un nombre de projets avec dates limites, qui avaient un poids sur moi, j'ai commencé à me sentir dépassé et me suis dit : "je dois faire ces choses, puis j'ai remarqué que je n'avais plus de joie à faire ces projets parce que je focalisais sur :" les compléter quoi qu'il arrive". J'ai donc pris quelques minutes pour considérer les besoins que je cherchais à nourrir pour chacun de ces projets: "comment me sentirais je si je reportais l'accomplissement de ce projet ?"
 

j'ai vu que j'avais un fort désire de continuer avec beaucoup d'entre eux, mais j'ai décidé d'en finir certains plus tard.

ce simple exercice m'a offert deux choses :

  1. l'opportunité de me reconnecter aux besoins que je cherchais à rencontrer pour chaque projet et ainsi de me reconnecter à ma joie pour chacun
  2. la chance de revoir mes priorités basé sur mes besoins de base de détente et de confort.

Aimez vous ce que vous faites maintenant ? Sinon considérez les besoins que vous cherchez à rencontrer en faisant cela, et ensuite décidez si vous voulez continuer dans cette direction ou non. J'ai entendu une fois un poème d'un homme qui regardait une pierre tombale ou figurait la date de naissance de la personne, puis un tiret, puis sa date de décès. Le poème demandait comment la personne décédée avait elle vécue "le tiret" en question ?

nous avons tous un commencement et une fin. Le défis est de se réjouir du milieu. Quand nous vivons notre vie conscient de nos besoins, nous avons une plus grande opportunité à goutter notre tiret

-inspiration pour la semaine a venir de Marie mac Kenzie du Nonviolent Communication Academy-

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly